» Guide de pose de plancher » Guide sur la pose d’un plancher laminé

Le plancher laminé est un revêtement de sol peu coûteux et facile à poser. Par-dessus un carrelage ou une chape à béton, ce type de plancher est à poser sur une sous-couche. Et ce, dans n’importe quelle pièce de votre demeure. D’une manière générale, la pose d’un plancher laminé peut être réalisée de différentes manières. En fonction du type de modèle et de la nature de son support, vous disposez de plusieurs techniques de poses. Vous pouvez également choisir le sens de pose de votre parquet et le motif que vous souhaitez en obtenir. Reste à savoir comment faire pour procéder dans les règles de l’art. Dans cet article, nous vous proposons un petit guide pour vous aider dans l’installation d’un plancher laminé. Suivez-nous pour plus de détails.

 

Plancher laminé : qu’est-ce que c’est ?

 

Avant toute chose, zoom sur ce qu’est réellement le plancher laminé. Il s’agit d’un faux plancher, plus sérieusement d’une image collée sur un support plus ou moins épais. Le plancher laminé fait donc l’objet d’un motif de parquet, mais le sol en question n’est pas composé de bois. C’est pour ainsi dire un parquet qui se pose très facilement en plus d’être peu onéreux.

 

Aussi appelé plancher flottant, le plancher laminé est un parquet conçu au moyen de quatre couches bien définies. L’on peut citer la couche de fond, le cœur en panneaux de fibres, la couche décorative et la couche protectrice. Ce type de parquet est généralement fabriqué à partir de mélamine ou de panneaux en fibre HDF, ce qui fait qu’il soit spécialement durable. Il dispose en outre d’une finition en imitation de différents matériaux tels que le bois, le béton, la pierre naturelle et la céramique. La raison qui fait que le plancher laminé peut se marier aisément à tous les styles de décor.

 

Les conditions de pose d’un plancher laminé

 

Au même titre que les travaux de grande envergure dans votre habitat, il y a certaines modalités à respecter pour mener à bien votre projet. Comme son nom l’indique, une pose flottante consiste à laisser le parquet désolidarisé du support sur lequel il repose. Un parquet qui flotte vous permet alors de travailler librement en plus d’éviter de recourir à l’usage de colle ou de clou durant l’installation.

 

La plupart des supports de l’habitat peuvent accueillir un plancher laminé. Vous pouvez de ce fait le poser sur un carrelage, un ancien plancher en bois ou encore sur une chape en béton. Il est cependant important que le sous-plancher soit suffisamment droit et stable pour être en mesure de faire une installation de qualité. L’usage d’une sous-couche est par ailleurs très recommandé, aussi bien pour assurer une meilleure planéité, une bonne isolation que pour préserver le plancher flottant. Et bien évidemment, le support sur laquelle ce dernier sera placé doit être de haute qualité et résistance.

 

Les outils nécessaires à la pose d’un plancher laminer

 

Pour l’installation d’un plancher flottant, il vous faudra prévoir quelques outils. La cale de frappe est le premier matériel dont vous aurez besoin, il vous évitera d’endommager le parquet durant toute la durée de l’installation. Puis un maillet pour taper sur la cale frappe et une tire-lame pour faciliter l’emboîtement des lames. Vous aurez également besoin de cales de dilatation à insérer entre le parquet et vos murs ou d’autres obstacles pour maintenir un jeu constant, tout en soutenant à la dilatation ultérieure du parquet. Notez que si elles sont taillées en biseau, les cales pourront facilement s’élever à la fin de la pose et un jeu de 7 à 8 mm est en moyenne correct pour une installation réussie.

 

Les outils essentiels à la découpe et à la mesure

 

Vous aurez d’abord besoin de scie sauteuse pour les découpes autour d’obstacles. Pour cela, il existe des lames à dentures inversées pour empêcher les éclats sur le parement de vos lames. Ou vous pouvez simplement choisir de les couper à l’envers. Une guillotine vous servira également pour les grandes surfaces. Il s’agit d’un matériel très pratique pour découper vos lames avec précision et sans l’ombre d’une poussière. Une équerre et une fausse équerre allongent aussi la liste des outils nécessaire à la pose de votre plancher laminé pour retracer vos coupes avec précision. Sans oublier le mètre et le crayon fin pour la prise de mesure et le traçage exact des coupes.

 

Des équipements de protection pour plus de sécurité

 

Puisque la pose d’un plancher laminé n’est pas un projet à prendre à la légère, il est important de bien s’équiper avant de procéder. En fonction de votre situation de travail, vous devez être en possession de quelques équipements. À savoir le masque de protection de voies respiratoires et les gants de protection. Des lunettes de protection vous seront également utiles, une protection auditive en plus de quelques vêtements de travail.

Les bons gestes à adopter pour la pose d’un plancher laminé

 

L’installation d’un plancher laminé se fait généralement en quelques étapes.

 

Installation du film polyane et de la sous-couche

 

Pour cette première étape, il vous faut poser du polyane ou de la bâche polyéthylène avant la sous-couche. Le fait est que dans le cadre de l’installation d’un parquet flottant sur une chape en béton ou sur un sol flottant, il est indispensable de poser un film polyane. Et normalement ce dernier doit être installé avant le coulé de béton afin d’éviter toute forme de dilatation du parquet suite aux variations de température ou du taux d’humidité. Pour ce faire, il vous faut installer un lit d’environ 15 à 20 centimètres de granulats qui formera la première partie de votre couche désolidarisant. Aussi, pour assurer une bonne étanchéité, l’idéal serait de faire en sorte que le film remonte le long de vos murs. Dans tous les cas, c’est une étape qui doit être effectuée par le finisseur de béton et non pas par le poseur de plancher pour des raisons d’efficacité.

 

Ceci fait, il vous faut maintenant poser la sous-couche, aussi appelé membrane à plancher, sous le parquet flottant. Il s’agit d’une étape à ne surtout pas négliger puisqu’elle garantira la facilité de pose ultérieure du plancher laminé en plus d’assurer une bonne isolation thermique et acoustique. Notez que pour bien procéder, il est impératif de respecter les préconisations de pose de la sous-couche. D’abord le sens de la pose, à préférer perpendiculaire aux lames de parquet, puis le recouvrement et enfin le jointoiement avec un scotch d’étanchéité. Petit conseil : ne vous précipitez pas pour poser la sous-couche, évitez les pliures et maniez-la avec précaution.

 

Considérer l’équerrage et le sens de pose du plancher laminé

 

Un bon départ est essentiel pour que le parquet offre un rendu visuel harmonieux et pour une installation facile. Le sens des lames suit principalement le sens de la lumière de la pièce, elles seront donc perpendiculaires au mur avec plusieurs fenêtres. Pour le cas du couloir, il convient de mettre les lames parallèles à la longueur de ce dernier. En revanche pour le cas d’une pièce classique, le plus simple est de commencer à la jonction de deux murs qui forment un angle droit, cela garantit une pose rectiligne et sûre.

 

Dès lors que vous avez défini le sens de pose de votre plancher laminé, poursuivez en vérifiant l’équerrage de votre pièce. Dans la mesure où votre pièce dispose d’un angle peu engageant, veillez à vous équiper d’un cordeau à tracer pour retracer une ligne droite au sol, perpendiculaire à l’un de vos murs. Votre parquet sera ainsi placé de manière optimale.

Mise en place des premières lames du plancher

 

Pour cette étape, vous devez commencer par mettre en place des cales de dilatation. Pour ce, équipez-vous de la première lame et reportez-y l’angle donné par les murs avec une fausse équerre. Ensuite, découpez puis posez-la sur la sous-couche en y insérant les cales de dilatation dans la longueur et la largeur de la lame.

 

Assemblez ensuite les lames une à une, en tenant compte de la technique préconisée par le fabricant. Aussi, vérifiez qu’aucun jeu n’apparaît au niveau des records de lames. À l’aide d’une cale et d’un maillet, tapez légèrement sur la lame pour bien les rapprocher. N’oubliez également pas les cales de dilatation le long de cette première rangée. Quand vous arrivez au bout de la rangée, mesurez la longueur de la dernière lame en déduisant le jeu de 0,7 mm de dilatation. Poursuivez en coupant et en insérant la lame contre le mur. Faites ensuite usage de la chute pour répartir sur un nouveau rang et répétez la technique de pose énoncée en amont.

 

Couper les formes arrondies du plancher au niveau des huisseries

 

Reportez les découpes exactes sur les lames en y imprégnant l’espace de dilatation. En fonction de votre capacité à manier la scie sauteuse et à prendre une mesure, le rendu sera d’autant plus beau. Au niveau des huisseries, deux choix s’offrent à vous. Entre découper les huisseries de l’épaisseur de la lame pour pouvoir l’insérer dessous et découper la lame à la forme voulue pour combler le jeu disgracieux par un joint de la même couleur que celui-ci.

Poser les finitions du plancher laminé

 

Pour cette dernière étape, il vous faut enlever les cales de dilatation, couper le polyane et la sous-couche qui dépassent. Puis, poser les plinthes ou les baguettes de finition. Ces derniers peuvent généralement se clouer, se visser, se coller ou bien se clipser. Leur mode de pose est effectivement spécifique à leur type. Terminez le tout en posant la barre de seuil et le joint de finition qui serviront à masquer les éventuelles erreurs de coupes ou les zones impossibles à couvrir avec le parquet. Attention juste de bien choisir la teinte la plus proche de votre plancher laminé et le tour est joué.