» Guide de pose de plancher » Guide sur la pose de plancher d’ingénierie

Le plancher d’ingénierie est un dispositif qui permet une multitude d’installations. Dans ce guide, découvrez toutes les techniques de pose de planchers d’ingénierie pour un résultat durable dans le temps.

 

L’essentiel avant la pose de plancher d’ingénierie

 

Avant toute chose, zoom sur les bons gestes à adopter avant l’installation du plancher d’ingénierie dans votre maison. Lors d’une nouvelle construction, le plancher d’ingénierie est l’un des éléments qui doit être posé en dernier. Tous les travaux impliquant l’eau et l’humidité doivent effectivement être complétés avant de procéder à l’installation de ce type de plancher. Il en est de même pour le béton et le plâtre qui se doivent d’avoir durci et vieilli pendant une période d’au moins 60 à 90 jours.

 

Il est aussi impératif que les matériaux soient parfaitement secs. Les systèmes de chauffage ainsi que de ventilation doivent également être entièrement fonctionnels. À titre indicatif, il faut maintenir une température constante de 19-24°C dans la pièce en plus d’une humidité relative constante entre 37 % et 55 %.

 

Pour l’installation du plancher de bois d’ingénierie, il est par ailleurs nécessaire de prévoir un surplus de 5% de la surface à couvrir. Et ce, afin de compenser pour la perte due à la coupe. Avant l’installation de ce type de plancher, l’installateur doit faire en sorte que l’environnement de travail, l’état et le type de sous-plancher soient conformes à toutes les exigences énoncées dans les instructions d’installation. Plus particulièrement aux normes des associations NWFA et NOFWA.

Les règles pour les types de sous-plancher approuvés

 

L’installation du plancher d’ingénierie peut se faire dans toutes les pièces de la maison. En fonction du type de votre espace, il vous faut savoir les types de sous-plancher qui permettent la pose de ce genre de plancher. Pour avoir une petite idée, notez que les panneaux de contreplaqué d’une épaisseur minimale de 15,5 mm ou 5/8 Po ainsi que les panneaux d’OSB d’une épaisseur minimale de 18,5 mm et conforme à la norme de la NWFA sont éligibles à l’installation du plancher d’ingénierie. Retenez en outre que ce type de sous-plancher n’est pas très conseillé pour un sous-sol.

 

Le sous-plancher de béton est tout aussi pratique pour la pose d’un plancher de bois d’ingénierie. Pour ce faire, veillez à ce que la coulée de béton soit âgée de 60 à 90 jours pour un résultat optimal. La surface se doit également d’être au niveau, un écart de 3,17 mm sur 1,8 m tout au plus est acceptable. La teneur en humidité selon l’appareil appelé humidimètre pour béton ne doit également pas dépasser les 12 % ou les 4 % si l’hygromètre mesure le volume d’eau.

 

Un sous-plancher de bois est également consenti pour la pose d’un plancher d’ingénierie. Il convient toutefois de s’assurer que son taux d’humidité soit bien conforme à l’aide d’un testeur d’humidité pour bois. Pour cela, il faut que celui-ci n’excède pas les 12 % en plus de ne pas différer de plus de 4 % de celui du plancher à installer. Ainsi, si le taux d’humidité est trop élevé, il vous faut trouver la source et la corriger.

 

Pour le cas de l’installation sur un plancher à système de chauffage radiant, il est indispensable de tenir compte de quelques conditions. À savoir l’utilisation de la méthode flottante ou de la méthode collée pour l’installation du plancher d’ingénierie. Le fait d’acclimater votre revêtement de sol dans la pièce durant 48 à 72 heures avec le système de chauffage radiant fonctionnel à une température comprise entre 18 et 24°C est également recommandé. Sans compter le fait que la température du sous-plancher ne doit pas aller au-delà de 28°C.

 

D’une manière générale, pour réussir la pose du plancher d’ingénierie, il faut que le sous-plancher soit bien propre. Il doit également être structurellement solide, vissé fermement sur les solives pour prévenir les craquements et sa surface doit être plane. Pour ce qui est de la teneur en humidité du plancher, elle ne doit en aucun cas dépasser les 12 %.

 

L’installation en simple encollage

 

Pour ce type d’installation, il faut vous munir d’une colle. Ce dernier jouera le rôle de pare-vapeur pour le bon déroulement de la pose. Vous aurez également besoin de scie à onglets, scie sauteuse, équerre, ruban à mesurer, cordeau à tracer, marteau, marteau de caoutchouc, niveau, ciseau à bois, aspirateur et de guenilles humides. Sans parler des chaudières de colle, de la truelle avec encoche et de quelques retouches crayon-teinture.

 

Avant de procéder à la pose du plancher d’ingénierie de type collé, assurez-vous que le sous-plancher rencontre bien les normes de construction nécessaires. Commencez par laisser un espace entre les planches et le mur de ¼ po du bout des planches et ½ po sur la longueur des planches. Puis, tracez une ligne de départ pour que la première rangée soit bien droite. Poursuivez en appliquant la colle au moyen d’une truelle en V 3/16 po en la tenant à un angle de 45°. Et ce, de manière uniforme sur la surface.

 

Ceci fait, posez chaque plancher en prenant soin d’appuyer suffisamment celle-ci dans la colle sur le plancher. Pour cela, vous pouvez utiliser un marteau en caoutchouc ou marchez sur le plancher dans les deux directions. Aussi, utilisez toujours un chiffon humide pour essuyer rapidement tout résidu de colle. Pour un bon assortiment de couleur, de longueur et d’apparence, vous pouvez également faire usage des lamelles provenant de différentes boîtes.

 

Pour une installation dans les normes, il est aussi important de décaler les extrémités des lamelles sur au moins 15 cm du bout des planches adjacentes. Évitant ainsi le risque de chevauchement des joints d’extrémités. Dès lors que l’installation est terminée, pensez à rouler le plancher d’ingénierie avec un dispositif solide dans les deux directions. Enfin, laissez sécher 24 heures avant de circuler et déplacer les meubles.

 

L’installation en double encollage

 

Au même titre que le mode d’installation précédent, il est impératif que le sous-plancher respecte toutes les conditions déjà citées. Pour ce type de pose, vous aurez également besoins des différents outils en plus d’une membrane acoustique de votre choix. Une fois l’état du sous-plancher vérifié, commencez par couper la membrane à l’aide d’un couteau à lame rétractable ou d’un ciseau régulier. Le côté aluminisé de la membrane en question doit plus particulièrement être installé vers le haut pour réfléchir la température de la pièce vers le plancher.

 

Ensuite, couvrez toute la surface avec la membrane en la remontant verticalement de 5 cm sur les murs et les obstacles. Retenez qu’aucun espace ne doit rester découvert et les bandes de membranes doivent se toucher sans se superposer. Pour ce, commencez le long du mur en pliant la bande sur elle-même dans le sens de la longueur pour découvrir le bord du mur. Puis, étendez l’adhésif sur la partie découverte du sous-plancher et recouvrez la partie encollée avec la membrane. Ce geste est à refaire jusqu’à ce que la pièce soit complète.

 

Assurez-vous par la suite que les joints se touchent et soient bien collés au sous-plancher. D’autant plus qu’ils n’ont pas besoin d’être scellés avec du ruban adhésif. Passer alors un rouleau lourd de 35 à 45 kg sur la membrane afin de garantir le transfert d’adhésif. Puis, terminez en procédant à l’installation du plancher d’ingénierie. Rappelons que pour une pose efficace, il est important que les lames soient bien droites et équerrées. De gauche à droite, placez chaque lame en appuyant fermement pour optimiser l’entrée du plancher dans l’adhésif.

 

Installation de type clouée

 

Ici, vous aurez besoin d’une scie à onglets, scie sauteuse, équerre, ruban à mesurer, cordeau à tracer, marteau, marteau de caoutchouc, niveau et de clous selon l’épaisseur du produit. Il vous faudra également une cloueuse, un pare-vapeur, ciseau à bois, aspirateur et des lunettes de protection. Avant de procéder, assurez-vous toujours que le sous-plancher rencontre bien les normes de construction régies par la pose d’un plancher de type clouée.

 

Il est conseillé d’installer un pare-vapeur sur toute la surface. Pour un rendu visuel éclatant, il est tout aussi recommandé de poser les lames de plancher parallèlement au mur le plus long de la pièce. Tracez alors une ligne de départ pour que la première rangée soit droite et d’équerre. Laissez ensuite un espace entre les planches et le mur de ¼ po du bout des planches et ½ po sur la longueur des planches. Décalez les extrémités des lamelles sur au moins 15 cm du bout des planches adjacentes pour éviter que les joints d’extrémités ne se chevauchent.

 

En fonction de l’épaisseur du bois d’ingénierie, les clous sont à choisir avec minutie. Pour ce qui est de la pose, installez vos planches toujours de gauches à droite et clouez sur les quatre extrémités. Notez que pour des planches de 3 ¼ po et 5 po, il faut clouez à tous les 6 po à 8 po. En revanche pour le cas des planches de 7 po et plus, il vous faut clouer à tous les 4 po à 6 po. Aussi, il convient de toujours respecter une distance minimale de 2 po du bout des planches avant de débuter le clouage.

Installation de type flottante

 

Pour cette approche, il faut vous munir d’une colle, d’une membrane pare-vapeur, d’une membrane mousse de polyéthylène en plus des outils déjà énumérés. Après avoir vérifié toutes conditions relatives à l’état du sous-plancher, commencez par poser un pare-vapeur sur toute la surface. Déroulez ensuite les rouleaux de mousse de polyéthylène dans la même direction que la pose des planches, tout en évitant les chevauchements de joints. Pour la pose, il est primordial de laisser un espace entre les planches et le mur de ¼ po du bout des planches et ½ po sur la longueur des planches.

 

Ceci fait, tracez une ligne de départ pour que la première rangée du plancher soit droite et d’équerre. Puis, connectez les panneaux de la première rangée sur le côté étroit tout le long de la pièce. Appliquez par la suite un mince filet de colle en tube sur le dessus des parties mâles de la planche puis collez-le au sous-plancher de façon à toujours décaler les extrémités des lamelles pour éviter les chevauchements.

 

Il convient par ailleurs de relier les longs côtés et ensuite, de glisser la lamelle le plus près possible du côté court de la précédente. Terminez en tapant doucement sur le côté jusqu’à ce que les 2 planches soient égales. Sans oublier de toujours faire usage d’un chiffon humide pour essuyer rapidement tout résidu de colle. Pour parfaire le tout, l’idéal serait de laisser 24 heures avant de circuler ou mettre des objets lourds sur le plancher d’ingénierie récemment posé.